Comment les marques peuvent utiliser l’élection canadienne pour accéder à l’esprit des consommateurs

Les élections fédérales du Canada sont maintenant déclenchées, ce qui marque la fin d’une autre longue et persistante saison électorale. Au cours des cinq dernières semaines, les consommateurs ont été inondés d’annonces publicitaires, de reportages, de discours et de débats liés aux élections, alors que les partis ont inondé les médias de messages sur leurs programmes et les principaux enjeux de cette année. Bien que certains puissent trouver toute la communication fastidieuse, l’intégration de questions politiques importantes dans le dialogue général suscite un discours nécessaire et présente l’avantage supplémentaire de donner aux marques une chance rare d’atteindre un public plus réceptif que d’habitude.

Les principaux enjeux de l’élection de cette année comprennent la réglementation hypothécaire, les impôts, le vieillissement de la population, l’environnement et le secteur de l’énergie, ainsi que le coût du sans-fil et d’Internet. La pertinence de ces questions offre aux marques l’occasion d’approfondir leurs relations avec les consommateurs en créant des communications qui se rapportent à ces questions brûlantes. Mais il y a un piège : toute communication doit être rédigée avec soin, afin de ne pas donner l’impression de faire avancer un programme politique. Les marques qui parviendront à atteindre cet équilibre susciteront l’intérêt des Canadiens.

Par exemple, l’accent mis par l’élection sur la réglementation hypothécaire a fait refaire surface dans les discussions de tous les jours le test de stress hypothécaire, mis en œuvre au début de 2018. Le moment est venu pour les coopératives de crédit de tout le Canada de rappeler aux consommateurs qu’ils n’ont pas besoin de passer le test de stress pour obtenir une hypothèque de leur part.

Les libéraux ont fait des prix élevés du sans-fil et d’Internet un sujet brûlant pour les Canadiens. Qu’est-ce que cela signifie pour l’industrie des télécommunications ? Les transporteurs les plus chers doivent rappeler aux consommateurs toute valeur ajoutée qu’ils offrent, tandis que les concurrents à bas prix ont l’occasion idéale de faire passer des messages sur leurs avantages tarifaires.

Comme toujours, cette saison de campagne a mis l’accent sur les enjeux environnementaux et les changements climatiques. Pour les entreprises privées canadiennes qui offrent de l’énergie propre et renouvelable, c’est l’occasion de faire connaître aux consommateurs les options écologiques qui existent actuellement sur le marché.

Dans le développement de communications réactives de toute nature, les entreprises doivent toujours tenir compte de l’alignement de la marque : s’assurer que les causes et les événements auxquels elles sont liées correspondent aux valeurs et à la vision de leur marque. Une entreprise axée sur l’environnement comme Patagonia, par exemple, peut développer des communications crédibles sur les questions environnementales ; les sociétés pétrolières et gazières, cependant, seraient probablement avisées de se tenir à l’écart de ces questions. Être au courant de l’actualité et de ce à quoi les gens pensent est la partie la plus facile. Le véritable défi consiste à savoir comment utiliser intelligemment ces sujets d’intérêt pour capter l’état d’esprit des consommateurs d’une manière authentique et convaincante. Ceux qui réussissent créeront des messages pertinents et fiables qui communiqueront avec les consommateurs à un niveau plus profond — et plus les marques pourront cultiver ce lien, plus elles pourront inspirer la fidélité et stimuler les ventes.