DANS UN OCÉAN DE NUMÉRIQUE, LES MÉDIAS IMPRIMÉS DEVIENNENT ENCORE PLUS ESSENTIELS POUR AIDER UNE MARQUE À SE DISTINGUER.

Les applications et les communications numériques ont amené des changements fondamentaux dans la manière dont nous interagissons avec nos marques préférées. Du point de vue des marques, elles ont éliminé les barrières géographiques et les contraintes relatives aux fuseaux horaires, permettant ainsi aux consommateurs d’interagir et de communiquer au moyen de nouveaux outils utiles qui améliorent leur quotidien.

Des exemples de ce phénomène peuvent être observés dans le secteur de l’alimentation. Par exemple, IGA a récemment annoncé l’intégration d’un nouveau planificateur de repas à son application actuelle. L’outil intitulé « Tada! » offre des suggestions hebdomadaires de recettes selon les préférences alimentaires de l’utilisateur, le coût et le temps de préparation, en utilisant des ingrédients figurant dans la circulaire de la semaine. L’application génère automatiquement une liste d’épicerie basée sur les recettes sélectionnées, en plus d’offrir des fonctions de ramassage et de livraison. L’objectif est d’offrir des avantages aux utilisateurs en vue de capter leur attention.

On ne peut nier la valeur de ce type d’innovation. Cependant, les marques doivent garder en tête que l’utilisation excessive d’applications cause de la fatigue numérique (surtout en cette période de COVID), et qu’en plus, le numérique favorise des résultats plus positifs lorsqu’il est intégré à d’autres canaux, notamment les médias imprimés. Selon une étude de Postes Canada :

  • la combinaison du publipostage direct et des courriels suscite 39 % plus d’intérêt que les campagnes par courriel uniquement;
  • 53 % des gens sont plus enclins à lire un courrier papier qu’un courriel.

Et une étude commandée par une organisation journalistique l’a constaté :

  • l’image de marque est 107 % plus forte en publicité imprimée qu’en publicité numérique;
  • le rappel dirigé est 2,6 fois plus élevé pour les annonces imprimées que pour les annonces numériques;
  • les gens sont 190 % plus susceptibles de dire qu’une annonce imprimée est intéressante.

De toute évidence, on ne peut nier la vitesse et la commodité des médias numériques. Toutefois, les médias imprimés sont toujours aussi efficaces, et les marques sont désavantagées si elles ne les intègrent pas dans leurs stratégies publicitaires.

Cela signifie, par exemple :

  • installer stratégiquement dans les magasins – aux points de vente, dans les rayons – une signalisation qui promeut le numérique et lui donne vie;
  • accompagner un lancement en ligne d’une carte postale ou d’une carte-portefeuille accrocheuse que les clients peuvent prendre à la caisse;
  • envoyer par courrier une carte de fidélité pour remercier les clients – quelque chose de « réel » qui dit « vous comptez vraiment pour nous ».

Le numérique est rapide, mobile, interactif. L’imprimé le rend plus mémorable et plus tangible.